Couture

The Masterpiece

Hello les choux !
Voilà un moment que je ne suis pas passée vous raconter ma vie alors on va tenter de rattraper ce retard .

Aujourd’hui je vous présente une pièce réalisée au mois de mars dont je suis particulièrement fière .

Rien de bien transcendant me direz vous… Et vous avez bien raison ! Mais si j’affectionne tout particulièrement cette robe c’est parce qu’elle constitue à elle seule la synthèse de tout ce que j’ai appris cette année au cours de mes cours de couture .

Inspirée de la tenue de scène de l’humoriste Berengère Krief, elle est le résultat du mélange de deux patrons, celui d’un chemise République du Chiffon et de celui de mes fameuses jupes patineuses ⇒⇒ Pour l’amour des Patineuses

robe berengere light

addi.jpg

Un savant mélange qui me permis de mettre en pratique mon apprentissage des boutonnières, de la couture à la main (pour la couture de la ceinture côté intérieur) mais également celui des poches que j’ai pris la liberté de rajouter à ma jupe patineuse et plus généralement de la « propreté » qui n’était pas franchement mon fort avant de commencer à prendre des cours.

Je n’avais alors jamais réalisé de chemises. J’ai trouvé ce patron plutôt simple, la seule vraie difficulté pour les gens n’ayant pas le même soucis que moi aux épaules résident dans le col mais une fois que l’on à compris comment faire ça va tout seul .

Le patron va jusqu’à la taille « 46 », mais même en 46 ne fait que 88 cm de tour de taille j’ai donc rajouté 3 cm pour les coutures et l’aisance. Un ajout qui s’avéra nécessaire aux bras mais pas tant que ça à la taille puisque le modèle est assez « droit » j’ai finalement même du creuser sur les côtés pour la rendre plus ajustée .

ezgif.com-gif-maker.gif
Et vous, quels sont les patrons que vous aimez mélanger ?

Pour les commentaires ça se passe au dessus de l’article ⇑⇑

à bientôt les choux !

Couture

3 en 1 !

Hello les choux !

Je reviens cette semaine vous présenter ma dernière création .Enfin… création est un bien grand mot il s’agit plutôt d’un assemblage entre trois patrons différents. Tout est parti, encore et toujours, de la même inspiration :

Evanescence_at_The_Wiltern_theatre_in_Los_Angeles,_California_02.jpg

Après m’être longuement demandé si j’adorais ou détestais cette robe j’ai finis par arriver à la conclusion que je l’aimais bien mais que les fermetures éclairs colorées ( notamment celles sur les épaules) et l’espèce de volant en tulle rendaient le résultat un peu étrange. Du coup j’ai voulu en faire ma version, un peu plus « sobre » ( pour une fois) .
Je suis donc partie sur un tissus gris foncé en coton assez basique.

Pour retrouver la forme j’ai assemblé trois patrons dont deux que vous connaissez : la robe blanche pour le bas et la robe rouge pour le haut :

La robe rouge                                   La robe blanche

Comme j’avais fait la robe rouge avant qu’on s’aperçoive que j’ai les épaules courtes j’ai voulu reprendre le patron . J’ai donc décalqué l’original et déplacé la pente de l’emmanchure pour remonter sur les épaules . Ce qui était en soit une bonne idée, j’avais juste zappé qu’il y avait aussi un autre soucis avec le haut, il était trop large … Celui ci étant doublé, je vous le donne  dans le mille je m’en suis aperçue après coup. Et oui on est une looseuse ou on ne l’est pas .
Comme je voulais tout de même poser une fermeture sur l’avant j’ai découpé mes pièces de devant jupe et de devant haut en dehors de la pliure.
Ayant toujours des jambons à la place des bras je ne voulais pas me faire une énième robe qui doit se porter avec un gilet. J’ai donc décidé de rajouter des petites épaulettes que je suis allée piquer dans ce patron ( dont je vous parlerai surement un jour mais qui depuis septembre est en train de me tuer à petit feu … Mes copines de Nicouline sauront de quoi je parle )  :

daenerys

Bref, une fois tout ça mélangé ça donne ça ! :

Qu’est ce que vous pensez que l’assemblage alors ?
(Psst ! Pour laisser un commentaire c’est au dessus de l’article ! ⇑⇑)

Merci au Cheri pour ses photos !

A bientôt les choux !

Couture

Mercredi Addams en Ecosse

Hello les choux !
Il y a un peu plus d’un an j’ai décidé de succomber à mon tour à la petite robe Mercredi Addams. Mais si vous savez ! Tout le monde l’a dans son placard depuis que la chanteuse Jain en à fait sa marque de fabrique. Bref, après avoir essayé plusieurs modèles en magasin que j’ai trouvé soit trop courts, soit trop droits soit trop cheap j’ai pris mon courage à deux mains, un patron new look, un coton noir un peu élastique et une chute de tissus blanc .

6299  On ne peut pas dire que la réalisation ai été compliquée, ou du moins on ne peut pas dire que ce soit la faute du patron … Je m’explique, cruche comme je suis j’ai voulu faire la version avec manches longues MAIS avec le col … Vous la voyez venir la connerie ? Et bien oui je n’ai pas ajusté l’encolure xD

Face à ma bêtise j’ai du faire avec les moyens du bord et rafistoler ma robe comme j’ai pu. J’ai donc fini avec une sorte de col bateau que j’ai agrémenté au centre d’un petit camé rose et blanc .

Au final je trouve le résultat pas si mal et il a le mérite de ne pas ressembler à toutes les autres robes Mercredi Addams que j’ai pu croiser sur des demoiselles dans les rues .

 

Ayant trouvé le patron assez facile à coudre j’ai voulu retenter l’expérience cette année en en faisant une version écossaise. L’écossais est une réelle passion chez moi, je ne compte pas le nombre de jupes, chemises, sacs etc que j’ai en tartan. Je trouve ça à la fois très populaire et très chic et ce n’est pas feu Alexander McQuenn qui va me contre dire :

Histoire de me faciliter la tache j’ai cette fois décidé de modifier le décolleté pour en faire un en V orné d’une dentelle. Dans ma tête tout ça paraissait très simple …. C’était uniquement dans ma tête, car si ma prof de couture me confirma que la découpe  « Princesse » de cette robe était idéale pour ma morphologie ( comprendre camoufle mon bide ) c’était sans compter sur mes épaules courtes . Et oui ce fut à l’occasion de la réalisation de cette robe que nous perçâmes enfin le mystère de mes échecs de réalisation de robe … il manque 2, 5 cm de longueur à mes épaules ! FICHTRE ! SACREBLEU ! La vie est injuste …  Bref pour vous la faire aussi courte que mes épaules, j’ai du complètement démonter les manches pour déjà remonter les épaules pour contre carrer le bâillement du décolleté mais également remonter les manches sur les épaules .

Après avoir résolu le problème de la couture de la robe et avoir attendu mes dentelles venues de chine deux mois, il fallu encore choisir parmi toutes celles que j’avais commandé, les positionner et les coudre à la main ….  parait il que j’aurais pu le faire à la machine … on me dit toujours les trucs après …

Voici le résultat :

IMG_9873 copie.jpg

 

X.O.X.O

Bisous les choux !

Couture

La copiteuse sur deux longueurs

Hello les choux !

Aujourd’hui je viens de vous parler d’une autre de mes passions, les robes/jupes asymétriques dont le derrière fait traîne volant au vent derrière moi . Vous allez me dire  » ouai mais on te voit venir Pouspoush, t’as rien inventé c’est à la mode depuis longtemps  » certes … mais moi j’aime toujours ça ! Même plusieurs années après cette mode . Hein ? Quoi ? On appelle ça être ringard ? Pff je connais pas ce mot.

Bref ! Revenons à nos moutons. Pour ceux qui me connaissent IRL vous savez qu’en matière de mode mes « icônes » ne sont pas forcément très classiques et parmi elles depuis environ 15 ans : Amy Lee [ Mais ki ki c’est ça ? ] ⇓⇓⇓

012

Mais si vous savez elle chantait  » Wake me up inside ! SAAAAAVVVVEEEE MMMEEEE » en 2004 …

Voila, ça vous revient … bref, si vous vous n’en avez pas entendu parler depuis que cette chanson à arrêté de passer à la radio moi je la suis encore et toujours .

 » Il dit qu’il voit pas le rapport … « 

Le rapport c’est que ma première motivation et inspiration pour réaliser ma première robe asymétrique fut mamie Lee et sa jolie robe blanche aperçue pour la première fois en Italie si je ne dis pas de bêtises puis réutilisée pour le photoshoot de leur album éponyme ⇓⇓

  Pour réaliser ma robe mamie Lee, j’ai donc farfouillé chez rascol et ai trouvé ce patron burda : X07011BURDA

Dans l’ensemble rien de particulier à signaler sur ce patron si ce n’est qu’il s’arrête au 42 puis que c’est un modèle « young » du coup j’ai du rajouter quelques petits centimètres pour être à l’aise. Il propose 3 longueurs et bien sur comme je n’ai aucune pitié pour mes patrons j’ai bien entendu tout découpé donc utiliser d’autres longueurs est quelque peu galère et implique du scotch et du calque du coup la flem …

Ma première réalisation donna donc ça :

Pour la petite anecdote, seul le haut est doublé et le tissu est en réalité un tissu d’ameublement car je ne trouvais pas de tissus blanc qui soit opaque même en le doublant .

Ayant un mariage le mois de la réalisation de cette robe mais ne pouvant pas aller à un mariage en blanc j’ai donc décidé de refaire ce modèle dans une autre couleur :

13173258_10153487154552477_6088175780577307785_o

Pour celle-ci exit les volants que je trouvais pas très appropriés pour être classe . En revanche je lui ai rajouté une petite ceinture avec un gros nœud rouge puisque les mariés demandaient à leurs invités de venir avec des nœuds ainsi qu’un petit boléro pour cacher mes gros bras xD

Enfin, après la version originale et la version classe j’ai tenté la version plus  » fun » avec une version en « étoiles » . Petit bémol, j’ai eu la flem de doubler le bas de la robe … du coup elle est très légère, trop légère et s’envole au moindre coup de vent … Donc un peu dure à porter si ce n’est pour aller à la plage car elle dévoile mes cuisses plus que généreuses :

 

Voila les choux !

C’est tout pour aujourd’hui ! J’ai ressorti ce patron cette semaine mais la robe que je prépare sera l’occasion d’un autre article !

A très vite !

Couture

Pour l’amour des Patineuses

                                                          Hello les choux !

Aujourd’hui je viens vous parler de mon amour pour « une » pièce de mon dressing qui, depuis que j’ai appris à la faire ne cesse de se décliner : La Jupe Patineuse ( oui je pense qu’elle mérite des majuscules ) .

Avant de reprendre la couture c’était clairement le genre de jupe que j’achetais le plus souvent. Comme je vous le disais dans mon article sur ma robe inspiration  » vintage » au vu de ma morphologie je pense que ce genre de jupe me va pas mal et permet de mettre ma taille marquée en valeur ( ou peut être que non … Christina ?   » Aie Aie Aie ma CHERIE  c’est la CACOPHONIE !!!  » euh ouai bon on repassera te demander ton avis Christina )

Bref tout çaPatron---jupes--Mccalls--7197.jpg pour dire que l’un des premiers trucs que j’ai voulu savoir coudre pour pouvoir le décliner à l’infini c’est cette fameuse jupe . Coup de bol j’ai trouvé un patron qui en plus de la jupe propose de nombreuses variations de la ceinture .

Ayant eu ma nouvelle machine début novembre c’est tout naturellement que j’ai voulu commencer par des jupes de Noël. J’ai trouvé deux jolis tissus au marché St Pierre et ai décide de rajouter à mes jupes non seulement une doublure mais également un jupon en tulle intégré à la jupe … histoire de commencer facile . Mais je m’en suis sortie !

Une fois ces deux modèles dans mon armoire et la saison de Noël passée il était temps de recommencer :

Pour celle-ci j’ai voulu me lancer dans une innovation et ai essayé de rajouter des poches à ma jupe : 20170429_144341.jpg

Bon j’ai une poche mais clairement pas utilisable vu sa taille … MAIS ! j’ai une poche et c’était bien avant mon cours sur les poches à Nicouline .

Ensuite j’ai retenté le coup deux fois mais sans poches :

J’ai ensuite laissé ce patron tranquille pendant environs 1 an et je l’ai ressortis il y a deux semaine pour deux nouveaux modèles, un plutôt printanier et un plus rock :

Comme j’avais eu mon cours sur les poches avant de faire les deux dernières elles en sont toutes les deux pourvues . En revanche j’aurais du réfléchir un peu plus avant de faire des poches dans le prolongement de la jupe en simili car des poches en simili ça colle …  Bravo Cloclo un génie comme d’hab …

20170429_151801.jpg

Bisous les choux !

Couture

Le Graal

Hello !

Il y a quelques semaines alors que je me baladais sur instagram je suis tombée par hasard sur le compte de « Coudre Paris » qui n’est autre que la vitrine d’une boutique de machines à coudre se trouvant au 31 avenue de la république à … PARIS !

Bref ! un poste attira mon attention car il mentionnait le GRAAL  …
Le Graal pour une femme qui coud qu’est ce que c’est ? Et bien c’est de savoir faire ses propres dessous et plus précisément ses soutiens gorges AVEC ARMATURE !
Un soutien gorge coûtant en moyenne dans le commerce entre 25€ et 50 € pour les tailles standards, l’opportunité d’apprendre à les faire moi-même pour la modique somme de 55 euros pour 3 h de cours (matériel compris) m’a semblé une occasion en or .

Et hop ni une ni deux le cours est réservé !

Cet élan de motivation passé, je suis allée faire un tour sur le blog de la personne donnant ce cours : Barbara de https://jefaismesdessous.blog/ ,vous retrouverez notamment sur son blog le lien vers sa boutique sur laquelle on peut réserver les cours, acheter ses propres patrons ou encore le matériel nécessaire à la création des sous vêtements qu’elle propose ( ce qui est bien pratique ! )

Venons-en au cours en lui même : 

Le cours à lieu dans la boutique dans une salle ouverte donnant sur l’espace de vente mais également sur ce que j’imagine être les stocks en sous sol ce qui fait que les vendeurs traverses sans arrêt notre espace. Ce qui en soit n’est pas gênant mais demande aux élèves d’un jour de laisser le passage libre .

Barbara nous explique que nous allons tout d’abord réaliser une toile de notre soutien gorge pour vérifier la taille. Nous reprenons donc nos mesures et vérifions à l’aide du tableau de tailles fournis dans son livret d’explication celle à laquelle nous correspondons. Alors que je fais dans le commerce un 95 C j’arrive à un 100 C avec ses mesures, un écart moins grand que pour certaines de mes camarades du jour .

Barbara nous explique alors que nous repartirons toutes avec un patron tout beau tout propre mais que pour réaliser la toile nous allons devoir décalquer les pièces correspondant à notre taille …  HORREUR !!! Je déteste décalquer !!  Je ne le fais jamais ! Je préfère découper mon patron quitte à le bousiller plutôt que de le décalquer. Première douche froide. A contre cœur je m’exécute jusqu’à ce que je m’aperçoive que sur l’une des pièces les traits sont tous les mêmes impossible de différencier les tailles … La loose c’est toujours pour moi . ( pour l’anecdote, la prof est venue m’aider mais s’est également plantée du coup je me suis retrouvée avec une pièce trop grande, bref rien de trop grave mais la loose quoi … ) .

Une fois ce pénible moment de décalquage passé, deuxieme douche froide …. Les coutures ne sont PAS COMPRISES NNNNNNNNNAAAAAAAAAAAAAAAANNNNNNNNNNNNNNN MAIS POURQUOI VOUS FAITES CAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!! 
Non seulement elles ne sont pas comprises mais en plus elles sont de 7 mm  ( soit environ le pied presseur lorsque l’aiguille est au milieu ce qui est pratique à coudre mais absolument pas pratique à rajouter). N’ayant pas mon carbone et ma roulette je perds bien 15 min à faire mes marges de couture à la main et au mètre puis découpe enfin mes pièces.  Le modèle se compose seulement de 7 pièces : 2 par bonnet, les 2 cotés et l’entre-seins ( tellement glamour appelé comme ça :-p )

 Pour notre toile nous n’allons assembler qu’un seul côté :  Nous assemblons tout d’abords les pièces du bonnet, puis le coté et l’entre seins puis ces deux assemblages ensemble. Pour vérifier notre taille nous allons également poser le  » cache armature  » pour l’y glisser et être sur que celle-ci convienne à notre galbe de poitrine .

Et là SURPRISE ! Je suis la seule parmi mes camarades à ne pas avoir de retouches de patron à faire ! YOUPI plus de décalquage pour moi !  ( on se réjouit de ce qu’on peut hein … )

Ceci étant fait il est temps de passer à la version définitive . Barbara nous propose différents tissus plus ou moins élastiques et mon choix se porte sur un joli tissus blanc cassé à fleurs . Se pose alors la question de la doublure . Personnellement, je ne porte pas de soutien gorge sans « coque » nous avons donc réalisé la doublure du mien en  » mousse » pour qu’il ai une forme . (ATTENTION : il ne s’agit pas là d’un rembourrage mais juste d’une mousse qui forme l’arrondis et évite le téton apparent en cas de grand froid : Quand je vous disais que cet article était Glam ! )

Bref ! Les mousses sont très simple à coudre il suffit de les accoler et de les piquer à point zig zag ( ne pas rajouter de marge de couture à l’endroit de la jonction ni sur les cotés ( uniquement en haut en fait ) .

20170428_193733.jpg

La doublure de l’entre-seins lui , se fera avec une « marquisette » une sorte de tulle très fin spéciale pour la lingerie .

20170428_193742

Une fois les différents assemblages faits il faut alors poser les élastiques . Malheureusement, alors que nous sommes restées une heures de plus nous n’avons pas eu le temps de finir je n’ai donc juste eu le temps de poser l’élastique du bas et attend avec impatience le mail que nous à promis l’animatrice pour nous aider à finir à distance.

20170428_193758

La pose des élastiques étant, parait-il, le plus difficile à faire je ne peux trop me prononcer sur la difficulté de ce patron mais pour l’instant il me semble assez accessible. Il n’est pas encore en vente sur la boutique  » Je fais mes dessous » mais arrivera d’ici peu si j’ai bien compris .

20170422_194649

A bientôt !

 

Couture

Août 2016 : India Style

Passons du coq à l’âne !

ezgif.com-video-to-gif.gif

Comme je n’ai pas encore toutes les photos de mes créations ( au passage on remercie ma chère amie Nina pour ces belles photos :  » MERCI NINAAAA  » ) sautons directement au mois d’août dernier ( je vous ferai un récap de ce qui s’est passé entre août 2015 et août 2016 dans un autre article )

Après avoir croisé dans le métro un groupe de jeunes filles en habits traditionnels indiens j’ai été brusquement inspirée ! Et oui je suis comme ça moi ! Bref, je suis donc partie en quête de tissus indiens ainsi que d’un modèle de robe assez fluide pour rappeler la fluidité des sari .

Ma quête de tissu à vite été freinée par les prix que j’ai trouvé. N’ayant encore jamais testé ce modèle et doutant de moi par habitude j’ai préféré ne pas me lancer dans l’achat d’un tissus cher. D’ailleurs même lorsque je maîtrise un patron je n’ose pas encore investir dans du tissus cher :-p

Pour le patron, j’ai trouvé mon bonheur chez Butterick ( encore ) mais comme je suis un peu tête en l’air je me suis plantée dans ma commande et ai pris les tailles 36 à 44  au lieu de 44 à 52 ( pour les non couturières sachez que les tailles sur les patrons ne correspondent pas à celles des magasins et que puisque c’est du sur mesure il n’est pas rare que l’on corresponde à plusieurs tailles … vous la sentez l’amertume dans mes points de suspension ? Je vous ferai surement un article sur mes merveilleuses mensurations et les adaptations qu’elles me demandent xD )

Histoire de rattrtéléchargement.jpgaper ma bêtise j’ai donc rajouté 3 cm , un peu au pif j’avoue, en me disant que je jouerai sur les fronces du bas du haut ( oui, oui, du bas du haut ) pour réguler.
Et Bingo  !
J’ai choisis le modèle sans manches et croisés histoire de faire un beau décolleté ( cf : photo ci-dessous )

Bien que n’aimant d’ordinaire pas le vert j’ai trouvé celui de ce tissus assez joli. Il me fait un peu penser à la queue de la petite sirène avec ses petits motifs. Il est très fluide et agréable à porter.

Pour agrémenter le décolleté j’ai profité des points broderies de ma super machine à coudre ( que je présenterai un peu plus tard ) et je suis assez contente du résultat .

Conclusion :  La robe a été assez facile à monter et le résultat est , je trouve , assez sympa. L’inspiration indienne reste très discrète mais me satisfait. J’ai réutilisé le patron de la jupe pour créer un déguisement pour ma belle sœur que je vous présenterai également dans un autre article  ( le déguisement hein , pas ma belle sœur ! ) .

A bientôt !